AMELIE BERRODIER

Travail sur l’héritage :

Il nous était demandé de choisir un artiste auquel se rattacher, commencer une enquête sur celui-ci, pour réaliser son propre projet. J'ai donc choisi d'enquêter sur Yves Klein, fasciné par le corps, la couleur et l'immatériel. C'est ce coté de son travail sur lequel j'ai décidé de partir.
J'ai réalisé ma propre anthropométrie et je suis partie sur le corps entier, enduit de peinture, représenté sur la toile par ces quatre faces: le dos, le côté gauche, la face et l’autre côté, le droit. Mon travail nous offre une sorte de patron du corps humain, dans ses deux possibilités (homme ou femme). Il ne tiens compte que du physique,

De là, j'ai réalisé une série de photographies du corps peint en bleu. Le corps n’est alors plus perçu comme un corps physique mais plutôt comme un corps paysage : on ne reconnaît par toujours le corps ni les parties qui le compose. Cela est aussi dût à l’espace réduit du cadre, le gros plan laisse notre esprit continuer le paysage, ce qui fausse notre perception du corps. J’ai une image qui relève plus de l’esprit, qui renvoie plus à des émotions, qu’on pourrait éprouver à la vue d’un paysage. Je suis donc plus dans ce que le corps ressent mais dans ce que le corps nous fait ressentir.

Mon travail ressort donc comme un diptyque, ou deux ressentis sur le corps s’opposent. Dans le premier, le corps tient entièrement dans la feuille et pourtant nous renvoie une sensation désagréable d’enfermement, de claustrophobie, sans sa kinesphère. L’esprit est aboli, seul la trace éphémère reste. Dans le second, bien que se soit des gros plans sur une partie d’un corps, que le cadra soit serré, la perte de repère nous renvoi à l’idée d’un paysage durable et vaste.
Il nous était alors demandé de réaliser un projet à partir de cette première réalisation. A partir de mes photographies du corps peint en bleu, j’ai décidée de m’interroger sur les couleurs à utiliser pour poursuivre. J’ai donc fait plusieurs essais, avec une consigne: deux corps d’une couleur différente qui se mélangent.

Je suis donc partie des codes des représentations d’Adam et Eve: l’homme est foncé et la femme très clair. J’ai essayé avec deux couples de couleurs, dans les beige/brun et blanc/noir. Je suis ensuite partie sur d’autres couleurs en conservant cette idée de sexe opposé.
J’ai donc chercher quelles couleur utilisées et j’ai tenté des couples: deux couleurs chaudes, deux couleurs froides, une de chaque, puis les couleur complémentaires. Le but étant que, des deux corps enlacés, on se sache à qui appartient quoi, que part la couleur des corps.
La réalisation finale est une série de deux diptyques alternant plans d’ensembles et gros plans. Chaque comporte deux photographie d’ensemble et un détail.
Puis, pour me rapprocher encore plus de cette idée de corps paysage, j’ai réalisé des photographie avec un objectif macro, avec un code couleur très précis. J’ai étudier la symbolique des couleurs et décidé de traduire un état avec mon corps, suivant la couleur utilisée. J’ai donc du choisir les parties du corps en fonction de cela.

La présentation finale se fait là aussi avec deux triptyques, auquel viens s’ajouter deux couples de photographies. Elle se complètent, restent dans les même gamme avec sensiblement les mêmes qualificatifs, pour ne pas qu’elle se contredises ou s’annule.

170_dsc0044.jpg
       
170_dsc0147.jpg
       
170_dsc0160.jpg
       
170_etape-1-1.jpg
       
170_etape-1-2.jpg
       
170_etape-1-3.jpg
       
170_etape-1-4.jpg
       
170_etape-1-5.jpg
       
170_etape-1-61.jpg
       
170_etape-2-11.jpg
       
170_etape-2-21.jpg
       
170_etape-2-3.jpg
       
170_etape-2-4.jpg
       
170_etape-2-6.jpg
       
170_etape-2-5.jpg
       
170_etape-2-7.jpg
       
170_etape-2-8.jpg
       
170_etape-2-10.jpg
       
170_etape-2-9.jpg